À Claude II Belin, le 11 juin 1654, note 12.
Note [12]

« Un chien courtaud, celui à qui on a coupé la queue […]. On dit aussi, qu’on a étrillé quelqu’un en chien courtaud, qu’on l’a frotté en chien courtaud, pour dire, qu’il a été battu outrageusement » (Furetière).

Jouant sur les mots, Guy Patin visait ici Siméon Courtaud, inspirateur, sinon auteur présumé de la Seconde Apologie (v. supra note [1]). Il annonçait à mots couverts le Cani miuro… de Charles Guillemeau (juin 1654, v. note [14], lettre 358).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 11 juin 1654, note 12.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0354&cln=12

(Consulté le 16/07/2024)

Licence Creative Commons