À Hugues de Salins, le 12 juin 1656
Note [12]

V. note [12], lettre 301, pour les eaux de Sainte-Reine et leurs vertus thérapeutiques.

Le bitume était le nom qu’on donnait au pétrole brut. « Les médecins l’appellent asphaltus. On n’apporte plus de bitume de Judée, mais les apothicaires le composent de poix et de l’huile de petreol, etc. » (Furetière). « Toutes les espèces de bitume sont remollitives [amollissantes], discussives [résolutives] et remédient aux relaxations et suffocations de matrice, soit par suffumigation, soit en l’appliquant ou en le flairant » (Thomas Corneille).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 12 juin 1656. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0439&cln=12

(Consulté le 16.04.2021)

Licence Creative Commons