À Charles Spon, le 17 octobre 1656, note 12.
Note [12]

Les Opera omnia de Jan i van Heurne (v. note [3], lettre 139) avaient été publiées pour la première fois en 1609 (Leyde, Plantin, 2 volumes in‑4o) ; leur réédition était alors en projet à Lyon :

Ioannis Heurnii Ultraiectini, Primarii quondam, in Academia Leidensi, Medicinæ Professoris, Opera Omnia : tam ad Theoriam, quam ad Praxin medicam spectantia, quorum Elenchus ante Indicem Capitum habetur. Iuxta Otthonis Heurnii, Auctoris filii, Medicinæ in Leidensi quoque Academiæ Professoris clariss. recensionem ac œconomiam fideliter expressa, ac duos in Tomos tributa. Postrema editio : prioribus, non tantum augustiore forma, sed et typorum nitore, et mendarum raritate, infinities tum luculentior, tum accuratior.

[Œuvres complètes de Jan van Heurne, natif d’Utrecht, jadis premier professeur de médecine en l’Université de Leyde, touchant tant à la théorie qu’à la pratique médicale, dont le sommaire est présenté avant la table des chapitres. Fidèlement reproduites d’après la recension et l’ordonnance d’Otto van Heurne, {a} fils de l’auteur et lui aussi très célèbre professeur de médecine en l’Université de Leyde. Dernière édition qui est à la fois infiniment plus brillante et plus exacte que les précédentes, non seulement par sa présentation plus majestueuse, que par la beauté des caractères et la rareté des fautes]. {b}


  1. V. note [3], lettre 463.

  2. Lyon Jean-Antoine ii Huguetan et Marc-Antoine Ravaud, 1658, sous deux formats, un volume in‑fo et 2 volumes in‑4o.

En tête de l’ouvrage figure une Vita Auctoris [Vie de l’auteur], longue de sept pages, qui se termine par son épitaphe, I. Heurnii Tumulus [Tombeau de J. Heurnius] :

Hic situs est Vir Celeberr. D.D. Ioannes Heurnius, in Academia Leidensis Primar. Medicinæ Profess. per annos xx. et in eadem vi. Rector Magnif. magnæ prudentiæ : summæ in docendo et scribendo venustatis ac celebritatis. Vita laudab. transacta obiit xi. Aug. An. m. dc. i. Vixit an. lviii.

[Ci-gît le très célèbre Jan van Heurne, qui fut premier professeur de médecine en l’Université de Leyde pendant 20 ans, et son très éminent recteur pendant six ans ; doué d’une grande sagesse, et d’une élégance et réputation immenses dans son enseignement et dans ses écrits. Ayant mené une louable vie, il mourut le 11 août 1601, à l’âge de 58 ans].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 octobre 1656, note 12.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0446&cln=12

(Consulté le 17/07/2024)

Licence Creative Commons