À Charles Spon, le 6 septembre 1658
Note [12]

« de ce poison antimonial. “ Pourquoi s’étonner, roi Louis, que tu aies survécu au poison que tu as bu ? Les prières valent mieux que l’antimoine : ce qui soigne hors de la règle est l’œuvre du ciel et non de l’art, et sans la protection de Dieu, tu aurais pu en mourir. Cette médecine aurait certes été funeste pour tes sujets ordinaires, mais les poisons vifs ne font aucun mal aux dieux qui ont été bénis. ” »

V. note [8], lettre 539, pour quelques autres vers sur le même sujet.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 septembre 1658. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0536&cln=12

(Consulté le 05.08.2020)

Licence Creative Commons