À André Falconet, le 25 décembre 1664
Note [12]

Le jeudi 18 décembre, avant l’annonce de la sentence de Nicolas Fouquet, Olivier Le Fèvre d’Ormesson a consigné le phénomène dans son Journal (tome ii, page 278) :

« Depuis lundi dernier, il paraît une comète du côté du faubourg Saint-Marceau, qu’on dit qui regarde la Bastille. Plusieurs personnes disent l’avoir vue. Ces choses extraordinaires au moment du jugement du procès de M. Fouquet sont fort à remarquer : la folie de Berryer, la comète, la déclaration de Lamothe sur la sellette. {a} La famille de M. Fouquet paraît avoir bonne espérance. Je ne sais si elle est bien fondée, car l’on dit que l’on n’omet rien pour acquérir des juges. »

Le Fèvre d’Ormesson est revenu plus loin sur ce sujet (page 285) :

« Cette même nuit, {b} je vis de mon grenier la comète, qui me parut assez éclatante, grande comme quatre étoiles, ayant une longue queue assez large et éclatante. Sa course est du levant au couchant et elle paraît aller fort vite. C’est la matière de plusieurs discours. Le Pont-Neuf et les grandes places sont pleines, toutes les nuits, de personnes qui la voient. Sa découverte, au moment du procès de M. Fouquet, est une chose fort extraordinaire. »


  1. En faveur de Fouquet.

  2. Du 21 au 22 décembre.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 25 décembre 1664. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0804&cln=12

(Consulté le 13.11.2019)

Licence Creative Commons