De Alcide Musnier, le 9 février 1656
Note [12]

« Le Céleste ancile [bouclier sacré que les Romains croyaient tombé du ciel], ou le bouclier de la Vérité contre les traits du Mensonge, exposé du P. Gio. Battista Noceto de la Compagnie de Jésus, natif de Gênes [théologien de la sérénissime République de Gênes] ; imprimé à Paris, 1655, in‑4o, chez Tomaso La Carriera, sous l’arche du quai de Grève [sic pour Gesvre, Gevre, sur la rive sud de l’île de la Cité, tandis que la place de Grève s’étendait devant l’Hôtel de Ville] ». Alcide Musnier a complété ce titre dans la marge, il n’y manque que la dédicace finale : Dedicato illustrissimo Signor marchese Giannettino Giustiniani [à l’illustrissime marquis Giannettino Giustiniani].

Giovan Battista Noceto (Gênes 1585-ibid. 1682), enseignant et prédicateur jésuite, a été un ennemi acharné de l’astrologie judiciaire ; il a publié son Celeste ancile sans l’approbation du Saint-Office, ce qui lui a valu bien des déboires.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Alcide Musnier, le 9 février 1656. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9043&cln=12

(Consulté le 15.11.2019)

Licence Creative Commons