De Julien Bineteau, le 1er octobre 1651
Note [12]

« C’est un remède divin qui guérit sûrement, rapidement et heureusement [devise attribuée à Asclépiade de Pruse (v. note [42] du Patiniana I‑3)]. »

La démonstration arithmétique (« statistique ») qui mène à cette belle conclusion est pour le moins confuse, mais ma transcription est fidèle. La précision la plus intéressante est que Bineteau disait ici avoir pratiqué la médecine à Paris depuis trois ans.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Julien Bineteau, le 1er octobre 1651. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9089&cln=12

(Consulté le 25.01.2022)

Licence Creative Commons