À Charles Spon, le 8 mai 1648
Note [13]

« selon la coutume ».

L’examen particulier était l’épreuve qui ouvrait aux bacheliers de médecine, devenus licentiandes, la voie de la licence (Statuta F.M.P., article xxii, page 27) :

Ad Examen particulare admissi singulorum Doctorum domos reverenter adeant, et ab eis de Praxi examinentur.

[Que ceux qui ont été admis à subir l’examen particulier se rendent respectueusement au domicile de chacun des docteurs régents {a} et soient examinés par eux sur la pratique].


  1. La prescription est aujourd’hui effarante : la Faculté de médecine de Paris comptait quelque 120 docteurs régents. V. note [36] des Décrets et assemblées de la Faculté de médecine en 1651‑1652, pour une estimation de ce que cela pouvait coûter à chaque licentiande.

L’examen particulier déterminait le lieu (classement) de licence attribué à chaque licentiande (v. note [8], lettre 3).

En 1648, les Pâques avaient été célébrées le 12 avril. La veille des Rameaux (Pâques fleuries) avait correspondu au 4 avril.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 mai 1648. Note 13

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0155&cln=13

(Consulté le 29.11.2022)

Licence Creative Commons