À Charles Spon, le 5 décembre 1653
Note [13]

Docteur et doyen de la Faculté de théologie de la Sorbonne, l’abbé Jean Mulot (vers 1578-2 décembre 1653) avait été le premier confesseur du cardinal de Richelieu. Tallemant des Réaux (Historiettes, tome i, pages 267‑268) raconte que Mulot céda sa prébende (v. note [6] du Borboniana 10 manuscrit) de la Sainte-Chapelle à Du Burc qui était le galant de sa servante. V. note :

  • [38], lettre 477, pour la raillerie de Mulot sur le purgatoire, qui a conduit aux passionnants échanges que j’ai eus en 2020 avec Gianluca Mori sur l’athéisme de Guy Patin (mais sans parvenir à réconcilier nos opinions contraires sur la question) ;

  • [25] du Borboniana 2 manuscrit pour d’autres anecdotes sur ce facétieux abbé ;

  • [26][32] des Décrets et assemblées de la Faculté de médecine de Paris (1650-1651) dans les Commentaires du décanat de Patin pour les lettres échangées entre Mulot et les doyen et docteurs de ladite Faculté pour l’aider, en juin 1651, à contester l’élection de François du Monstier (v. note [25], lettre 207) comme procureur fiscal de l’Université.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 décembre 1653. Note 13

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0333&cln=13

(Consulté le 15.08.2022)

Licence Creative Commons