À Charles Spon, le 1er avril 1653
Note [14]

Antoine Fouquet de Croissy (v. note [13], lettre 202), fidèle partisan de Condé, avait été l’un des parlementaires exilés en octobre 1652 (v. note [33], lettre 294). Revenu clandestinement à Paris, il y était arrêté aussitôt que découvert.

Journal de la Fronde (volume ii, fo 198 ro et vo, 18 mars 1653) :

« Le 16, MM. des Enquêtes firent des petites assemblées secrètes pour le sujet de la détention de M. de Croissy-Fouquet (qui fut transféré le même jour de la Bastille au Bois de Vincennes) et résolurent d’aller à la Grand’Chambre demander l’assemblée pour y délibérer ; et comme la plupart étaient d’avis de demander que le procès lui fût fait et que tout le Corps prenait grand intérêt en cette affaire, le Conseil, qui croit avoir de quoi le faire condamner, résolut de prévenir le dessein du Parlement ; où M. le chancelier entra hier au matin, et ayant fait assembler les chambres et rendu deux lettres de cachet qu’il portait, l’une à la Compagnie et l’autre à Messieurs les Gens du roi, fit récit du sujet pour lequel il est venu ; et ayant fait arrêter que le procès serait fait à M. de Croissy suivant l’intention du roi, fit nommer 3 {a} commissaires pour l’interroger et travailler aux informations, savoir M. le chancelier, {b} le président de Bellièvre, et MM. Doujat et Sevin, conseillers de la Grand’Chambre, lesquels en feraient leur rapport à l’assemblée, qui le jugera. Au reste, il n’est pas vrai qu’on l’ait trouvé chargé d’aucun papier parce que la porte de la Chambre étant barricadée lorsqu’on le fut prendre, il eut loisir, pendant qu’on l’enfonçait, de brûler tout ce qu’il pouvait avoir de suspect ; mais on l’accuse d’être auteur d’un manifeste de M. le Prince dont M. de Vineuil {c} se trouva chargé, et quelques-uns assurent même qu’il est écrit de sa main et apostillé de celle de M. le Prince en marge. »


  1. Sic.

  2. Pierre Séguier.

  3. V. note [41], lettre 307.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er avril 1653. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0308&cln=14

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons