À André Falconet, le 19 octobre 1660
Note [14]

« On dit qu’on a eu un larron de marché lorsqu’on a acheté quelque chose de hasard, qu’on a eue à vil prix. On dit au contraire, quand on achète quelque chose trop cher ou sa juste valeur, qu’il ne faut point crier au larron [au voleur] » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 19 octobre 1660. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0645&cln=14

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons