Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre III
Note [14]

Guy Patin empruntait à Jean i Riolan (v. note [5], lettre 116) cette libre interprétation de Plutarque (Vie de César, chapitre xlviii) :

« César avait éprouvé les plus grandes difficultés dans les premiers jours de sa marche. Personne ne voulait lui fournir des vivres, et sa dernière défaite lui attirait un mépris général ; mais lorsqu’il eut pris la ville de Gomphes en Thessalie, {a} il eut des vivres en abondance pour son armée, qui fut guérie même de sa maladie {b} d’une manière fort étrange. Ses soldats ayant trouvé une quantité prodigieuse de vin, en burent avec excès et, se livrant à la débauche, ils célébrèrent, dans tout le chemin, une espèce de bacchanale. Cette ivresse continuelle chassa la maladie, qui venait d’une cause contraire, et changea entièrement la disposition de leur corps. »


  1. Contrée de Grèce, fort éloignée de l’Afrique.

  2. Plutarque n’a pas employé le mot peste pour décrire le mal qui affligeait l’armée de César (chapitre xlvii) :

    « On disait d’ailleurs qu’il régnait dans son camp une maladie contagieuse, dont la mauvaise nourriture avait été la première cause ; et ce qui était encore plus fâcheux pour César, il n’avait ni vivres ni argent, et il ne pouvait éviter de se consumer lui-même en peu de temps. »


Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Traité de la Conservation de santé (Guy Patin, 1632) : Chapitre III. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8170&cln=14

(Consulté le 04.06.2020)

Licence Creative Commons