De Charles Spon, le 12 février 1658
Note [14]

Charles Spon disposait d’une édition défectueuse des Prénotions coaques d’Hippocrate, commentées par Louis Duret (v. note [10], lettre 33) ; v. note [24], lettre 516, pour l’éclaircissement que lui procura Guy Patin. La traduction des deux passages qu’il n’arrivait pas à rabouter est : « carnosités, où sous sa seule, la guérison […] ce sont ceux qu’on appelle néphritiques. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 12 février 1658. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9032&cln=14

(Consulté le 22.01.2021)

Licence Creative Commons