À Charles Spon, le 1er juillet 1653
Note [15]

« un changement d’air et de lieu, l’usage de lait d’ânesse et la petite purgation fréquente. » Crachant le sang (hémoptysie), le P. Briet devait être atteint de tuberculose pulmonaire. Guy Patin lui prédisait une phtisie (cachexie, tabès) rapide, mais il vécut jusqu’en 1668 ; preuve, s’il en fallait, que la tuberculose, même évoluée, n’est pas constamment mortelle. V. note [12], lettre 315, pour le volume, resté inédit, de sa Géographie sur l’Asie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er juillet 1653. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0321&cln=15

(Consulté le 17.05.2021)

Licence Creative Commons