À Charles Spon, le 26 août 1653
Note [15]

De 1632 à 1642 s’étaient tenues à Paris, sous l’égide de Théophraste Renaudot, tous les lundis après-midi de 2 à 4 heures, dans la grande salle du Bureau d’adresse, des conférences publiques réunissant savants, érudits, curieux et beaux esprits. Les comptes rendus de ces réunions, d’abord édités hebdomadairement par leur fondateur, comme supplément de sa Gazette, ont été plus tard rassemblés en quatre volumes composés chacun de cent conférences, sous le titre de Centuries des questions traitées aux conférences du Bureau d’adresse. Un 5e volume ne contenant que 51 conférences fut publié en 1655 par Eusèbe Renaudot.

La 11e conférence de la 1re centurie, datée du 31 octobre 1633, est intitulée De la petite Fille velue que l’on voit en cette ville. Il est impossible de connaître ceux qui y disputèrent car, par principe, le nom des intervenants n’était pas indiqué dans les comptes rendus.

La relation commence par ces mots (Théophraste Renaudot. De la petite fille velue et autres conférences du Bureau d’adresse, 1632‑1642 ; choix et présentation par Simone Mauzaric ; Paris, Klincksieck, 2004, pages 68‑74) :

« Le premier dit que cette petite fille allemande native d’Augsbourg, appelée Barbe Ursine (d’un nom et surnom fort accommodant à la chose, si l’un et l’autre n’est inventé à plaisir) n’est pas un monstre, lequel se définit un effet naturel dégénérant de la droite et ordinaire disposition ou perfection essentielle de son espèce ; ce qui n’a pas lieu en ce sujet, qui n’est qu’un effet extraordinaire de la Nature, duquel on peut assigner deux causes […]. »

Simone Mazauric (page xxiii) a rangé Patin parmi les hypothétiques participants à ses savantes conférences du Bureau d’adresse, en dépit de la haine virulente qu’il a plus tard nourrie contre Renaudot. Ce passage de sa correspondance pourrait le suggérer, mais en laissant place au doute.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 août 1653. Note 15

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0324&cln=15

(Consulté le 18.08.2022)

Licence Creative Commons