À Charles Spon, le 28 septembre 1655
Note [15]

« vit et respire toujours, mais non sans difficulté : Tant était lourde la tâche de rétablir l’organe faible et presque épuisé » ; imitation du vers de Virgile (Énéide, chant i, vers 33) : Tantæ molis erat Romanam condere gentem [Tant était lourde la tâche de fonder la nation romaine].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 septembre 1655. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0417&cln=15

(Consulté le 22.01.2020)

Licence Creative Commons