À Charles Spon, le 16 novembre 1655
Note [15]

« de la gent des antimoniaux » ; on apprend plus bas qu’il s’agissait de François Landrieu, natif de Laon, dont Guy Patin avait signalé la licence à Spon dans sa lettre du 6 septembre 1652, et qui était le plus jeune des 61 signeurs de l’antimoine la même année (v. note [3], lettre 333), avant même d’avoir été reçu docteur régent (décembre 1653).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1655. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0426&cln=15

(Consulté le 28.02.2021)

Licence Creative Commons