À André Falconet, le 15 août 1659
Note [15]

« dont je crains qu’ils ne fassent les choux gras de la cruelle Libitina [v. note [3], lettre 532]. Je suis surtout effrayé par cette soif intense et ce dégoût total, dont les causes sont les plus puissantes et les plus violentes dans un corps épuisé, avec intempérie des viscères, qui n’est pas éloignée du marasme : ce sont autant de marches par lesquelles on monte, une à une, vers le repos éternel. »

On a préféré « l’automne » à « l’antimoine prochain », qu’on lit dans les précédentes éditions.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 15 août 1659. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0573&cln=15

(Consulté le 15.04.2021)

Licence Creative Commons