À Christiaen Utenbogard, le 19 janvier 1662
Note [15]

« J’entends la Confédération belge ; on me dit que les Anglais, vos voisins, ourdissent des complots contre sa liberté et sa puissance maritime, principalement à cause de la pêche des harengs. Puisse malheur arriver à ces vauriens, il semble que ces loups veuillent dévorer toute l’Europe, ce que font déjà joliment jésuites et autres moines. Ayez de l’indulgence pour mon très mauvais style, et plus encore pour mon écriture : j’ai en effet les mains encore engourdies par la maladie. Portez-vous bien et aimez-moi. Vôtre de tout cœur, Guy Patin. De Paris, le mercredi [sic, pour jeudi] 19e de janvier 1662. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 19 janvier 1662. Note 15

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0719&cln=15

(Consulté le 17.04.2021)

Licence Creative Commons