À André Falconet, le 24 octobre 1662
Note [15]

« Si Vulcain prit parti contre Troie, Apollon [v. note [8], lettre 997] se déclara pour elle » (Ovide, Les Tristes, livre i, Élégie ii, vers 5). La dispute des prélats aurait été un autre effet de l’affaire des gardes corses (v. supra note [1]) qui faisait craindre le déclenchement d’une guerre entre la France et les États pontificaux.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 24 octobre 1662. Note 15

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0735&cln=15

(Consulté le 10.12.2022)

Licence Creative Commons