À Charles Spon, le 20 mars 1649, note 152.
Note [152]

Jérôme Le Féron était prévôt des marchands de Paris depuis 1646.

Dubuisson-Aubenay (Journal des guerres civiles, tome i, page 183, 28 février 1649) :

« À la sortie du Parlement, le premier président expédia un courrier avec l’adresse à M. Le Tellier, secrétaire d’État, pour donner avis en cour de l’assemblée tenue, de la conférence résolue et députation faite, ou bien encommencée, avec l’arrêt donné pour icelle.

Comme ce courrier arriva à Saint-Germain, M. le Prince le voyant, se mit fort à rire et dit tout haut : “ Nous ne serons pas désormais en peine d’aller contre les frondeurs, ils n’ont pas attendu à être battus par nous, ils l’ont voulu être par le peuple. ”

C’est qu’il savait la rumeur que le peuple avait faite, et comme aucuns {a} conseillers […] avaient été maltraités d’effet et de parole. »


  1. Certains.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 mars 1649, note 152.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0166&cln=152

(Consulté le 21/07/2024)

Licence Creative Commons