À Reiner von Neuhaus, le 18 mai 1662, note 16.
Note [16]

« plus que par la règle des solduriers ».

Dominicus Baudius (v. note [30], lettre 195) a développé cette formule d’affection dévouée dans la lettre lxxxiii de la première de ses Epistolarum centuriæ tres [Trois centuries d’Épîtres] (Amsterdam, Jan Jansson, 1642, in‑12 ; lettre adressée à Maximilian Vriendt, datée de Leyde le 18 octobre 1609, page 312) :

Sed quoniam sanctæ necessitudinis vinculum, quod mihi tecum intercedere pateris, non est æstimandum ritu et modo vulgarium amicitiarum, segregabo proletarium sermonem, et uno verbo dicam me vel Solduriorum lege tuum semper futurum.

[Comme le lien de sainte amitié, que vous me permettez de nouer avec vous, ne saurait s’exprimer à la mode et à la manière des affections communes, je choisirai la langue populaire et dirai en un mot que je serai toujours attaché à vous comme par la règle des solduriers]. {a}


  1. Solduriers : « gens qui suivaient les anciens chevaliers afin de courir la même fortune » (Thomas Corneille).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Reiner von Neuhaus, le 18 mai 1662, note 16.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1227&cln=16

(Consulté le 25/07/2024)

Licence Creative Commons