À Charles Spon, le 7 juin 1649
Note [17]

« Je n’envie point son bonheur, je m’en étonne plutôt » (Virgile, Bucoliques, églogue i, vers 11). V. précédentes lettres à Charles Spon et à André Falconet au sujet de cet imposteur qui avait voulu se faire passer auprès d’eux pour un fils de Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 juin 1649. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0180&cln=17

(Consulté le 20.01.2021)

Licence Creative Commons