À Charles Spon, le 13 janvier 1655
Note [17]

Eunuchi nati, fati, mystici, ex sacra et humana litteratura illustrati. Zacharius Pasqualigus, puerorum emasculator ob musicam, quo loco habendus. Responsio ad quæsitum, per epistolam I Heriberti cameliensis. Ad D.D. Philibertum de La Mare, senatorem Divionensem [Les Eunuques de naissance, provoqués, ou mystérieux, illustrés par la littérature sacrée et profane. Ce qu’a dit sur ce sujet Zacharias Pasqualigus, castrateur d’enfants pour la musique. Réponse à la question posée par une lettre de J. Heribertus à M. Philibert de La Mare, conseiller de Dijon] (Dijon, Philibert Chavance, 1655, in‑4o ; achevé d’imprimer daté du 8 juin).

Sous couvert de l’anonymat, le P. Théophile Raynaud attaquait Pasqualigus, théatin de Vérone : « Le pays où il naquit a conservé l’usage de dépouiller quelques enfants de leur virilité : usage barbare que la jalousie inventa autrefois en Orient et que l’on renouvela en Occident pour avoir quelques belles voix de plus. Pasqualigus a fait un traité moral sur cette cruelle opération » (Nouveau dictionnaire historique… volume 9, Lyon, 1804).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 13 janvier 1655. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0387&cln=17

(Consulté le 24.02.2020)

Licence Creative Commons