À Charles Spon, le 28 décembre 1657
Note [17]

« Il a beaucoup écrit, où ce que je loue le plus sont ses Erreurs populaires » (v. note [41], lettre 104).

L’autre ouvrage de James Primerose cité ensuite est sa Destructio Fundamentorum medicinæ Vopisci Fortunati Plempii,… ubi breviter quater centum ipsius errores demonstrantur… [Destruction des Fondements de la médecine de Vopiscus Fortunatus Plempius… où sont brièvement démontrées 400 de ses erreurs…] (Rotterdam, Arnold Leers, 1657, in‑4o) qui s’attaquait aux Fundamenta medicinæ… de Plempius (v. note [10], lettre 482). L’argument principal de la dispute était la question de la circulation du sang, idée dont Plemp fut un des grands défenseurs après en avoir été un des premiers opposants.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 décembre 1657. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0511&cln=17

(Consulté le 22.01.2021)

Licence Creative Commons