À Charles Spon, le 3 décembre 1658
Note [17]

« On dit qu’une chose porte coup lorsqu’elle fait quelque effet considérable, ou dont on tire quelque conséquence » (Furetière). La fille, bonne à marier, de Philippe iv était l’infante Marie-Thérèse (Maria Teresa de Austria), alors âgée de 20 ans. Après celle de Felipe-Prosper en 1657, la naissance d’un second héritier mâle levait toute prétention du futur gendre sur la Couronne d’Espagne.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 décembre 1658. Note 17

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0547&cln=17

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons