À Charles Spon, le 16 novembre 1645
Note [18]

Maimbourg a expliqué les liens entre Spifame et Condé (Histoire du calvinisme par Monsieur Maimbourg [Paris, Sébastien Marbre Cramoisy, 1682, livre ii, pages 109-110]) :

« Se voyant en danger d’être arrêté, comme il {a} l’allait être infailliblement, s’enfuit bien vite à Genève où Calvin et la seigneurie, qui crurent avoir fait une grande conquête sur les catholiques par la désertion d’un homme de cette importance, le reçurent à bras ouverts, lui donnèrent droit de bourgeoisie et une place honorable dans le Grand Conseil des deux cents. Et comme la guerre civile commença peu de temps après en France, {b} Calvin l’ayant fait évêque ministre, l’envoya à Orléans auprès du prince de Condé qui, connaissant son habileté, s’en servit à autre chose qu’à faire des prêches. Car il fut de sa part à la Diète de Francfort pour y justifier les armes que les protestants avaient prises et pour y demander à l’empereur Ferdinand le secours qu’il n’en obtint pas. Enfin, étant retourné à Genève, il fut soupçonné d’avoir trahi le parti et négocié sous main pour rentrer dans l’Église catholique en obtenant un autre évêché. C’est pourquoi, comme on eût résolu de s’en défaire, on lui suscita d’ailleurs une accusation, vraie ou fausse, d’avoir fait un faux contrat et de faux sceaux ; sur quoi on lui fit son procès et il fut condamné à avoir la tête tranchée. »


  1. Spifame, après sa conversion au calvinisme.

  2. En mars 1562.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1645. Note 18

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0128&cln=18

(Consulté le 29.03.2020)

Licence Creative Commons