À Claude II Belin, le 4 janvier 1633
Note [19]

Epifànio Ferdinandi (Misagna, Otrante 1569-ibid. 6 décembre 1638) avait cultivé de bonne heure les langues grecque et latine. Étant allé à Naples en 1583 pour apprendre la philosophie et la médecine, il avait obtenu les honneurs du doctorat en 1594. L’année suivante, il était revenu à Misagna où il exerça la médecine jusqu’à sa mort. Il avait refusé d’être professeur à Parme et à Padoue (O. in Panckoucke).

Ses principaux ouvrages sont :

  • Theoremata medica et philosophica, mira doctrinæ varietate, novoque scribendi ordine donata, et in tres libros digesta [Propositions médicales et philosophiques, en une étonnante variété d’enseignements, données suivant un ordre nouveau d’écriture, et divisées en trois livres] (Venise, 1611, in‑fo) ;

  • De vita proroganda, iuventute conservanda, et senectute retardanda [La manière de prolonger la vie, de conserver la jeunesse et de retarder la vieillesse] (Naples, 1612, in‑4o), l’ouvrage dont parlait ici Guy Patin ;

  • Centum historiæ, seu observationes et casus medici, omnes fere medicinæ partes, cunctosque corporis humani morbos continentes [Cent histoires, ou observations et cas médicaux, embrassant presque toutes les parties de la médecine et toutes les maladies du corps humain] (Venise, 1612, in‑fo) ;

  • Aureus de peste libellus, varia, curiosa et utili doctrina refertus, atque in hoc tempore unicuique apprime necessarius [Opuscule doré sur la peste, rempli d’enseignements variés, curieux et utiles, et tout à fait nécessaire à chacun en ce temps] (Naples, 1631, in‑4o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 4 janvier 1633. Note 19

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0014&cln=19

(Consulté le 04.12.2020)

Licence Creative Commons