À Charles Spon, le 23 février 1657
Note [19]

Louis ii Séguier, seigneur (baron) de Saint-Brisson, fils puîné de Pierre ii (v. note [13] du Borboniana 8 manuscrit), était cousin germain du Chancelier Pierre iv Séguier. Il avait été prévôt de Paris du 31 décembre 1611 au mois de novembre 1653 (v. note [8], lettre 333). Les chansonniers se plaisaient à le comparer à un gros cheval (Adam) :

« La mouche a dit que Saint-Brisson
Allait souvent chez la d’Aumont,
Pour lui offrir tant bien que mal
Le service d’un gros cheval,
Pour limonier de sa charrette. {a}
Cela n’est pas dans la gazette ».


  1. Allusion lubrique à la position de l’homme dans le coït : le limonier est le cheval qu’on attèle entre les limons (le brancard) d’une charrette.

Louis ii Séguier avait épousé Anne de Balsac, veuve de François de L’Isle, seigneur de Trigny ; ce militaire était distinct du procureur qui, sous le nom latin de Franciscus Insulanus, avait eu une vive querelle de plume avec Joseph Scaliger dans les années 1580 (v. notes [10][11] du Borboniana 8 manuscrit). Il ne naquit aucun enfant légitime de ce mariage (Popoff no 150), mais Guy Patin annonçait ici la mort d’un bâtard de Louis ii, que je n’ai pas su mieux identifier.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 23 février 1657. Note 19

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0464&cln=19

(Consulté le 10.05.2021)

Licence Creative Commons