À Charles Spon, le 19 septembre 1657
Note [19]

Pierre Firmian (Lisieux 1582-ibid. 1660), dit le P. Zacharie, avait renoncé au monde pour se faire capucin. Il avait prêché avec un grand succès dans les principales villes de France et à la cour de Louis xiii. Après 20 ans consacrés à la mission catholique en Angleterre, il terminait ses jours dans un couvent d’Évreux (G.D.U. xixe s.). Guy Patin citait deux de ses ouvrages :

  • Gyges Gallus Petro Firmiano Authore,

    [Le Gygès {a} français, par Pierre Firmian] ; {b}

  • Sæculi Genius…

    [Le Génie du siècle…] {c}


    1. Le P. Zacharie décrit la vie intérieure des Français au xviie s., en supposant qu’il pénètre dans leurs maisons à l’aide de l’anneau de Gygès (v. note [2] du Faux Patiniana II‑6), légendaire roi de Lydie qu’il rebaptise Charmion, en transposant l’antique contre grec dans la Gaule druidique.

    2. Paris, veuve et Denis Thierry, 1659, in‑8o de 583 pages ; traduit en français, Les onges du sage. De P. Firmian. Traduits par le P. Antoine de Paris, prédicateur capucin (ibid. et id. 1664, in‑8o de 445 pages (11 songes).

    3. Paris, Sébastien Gabriel Cramoisy, 1653, in‑8o de 403 pages : mise en garde contre les vices du temps, et surtout l’esprit d’indépendance et d’examen qui commençait alors à se manifester (entre autres dans l’interprétation de saint Augustin par les jansénistes, mais sans les nommer).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 19 septembre 1657. Note 19

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0491&cln=19

(Consulté le 09.08.2022)

Licence Creative Commons