Annexe : Comment le mariage et la mort de Robert Patin ont causé la ruine de Guy
Note [19]

« Ô que je suis malheureux en mes deux fils ! », exclamation pathétique de Guy Patin à la fin de sa lettre du 23 mai 1670 à André Falconet.

Guy Patin tenta bien de se défendre (mais en vain), comme en atteste ce passage de la lettre que son fils Charles (en exil à Strasbourg) écrivit à Jacob Spon le 29 janvier 1671 (Moreau, lettre 31) :

« N’oubliez pas de m’envoyer le mémoire que mon père a fait faire contre ma belle sœur. Mon père me l’a promis, mais il ne l’envoie pas, faites l’en souvenir, et si il ne l’envoie pas, tâchez d’en avoir un et me l’envoyez. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Comment le mariage et la mort de Robert Patin ont causé la ruine de Guy. Note 19

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8013&cln=19

(Consulté le 29.10.2020)

Licence Creative Commons