À Claude II Belin, le 20 mars 1633
Note [2]

Pierre Séguier (Paris 1588-Saint-Germain-en-Laye 28 janvier 1672), comte de Gien, etc., appartenait à une lignée de magistrats parisiens remontant au règne de Louis xi (1462). Il était fils de Jean Séguier, seigneur d’Autry en Berry. Après avoir un temps songé à se faire chartreux, Pierre Séguier était à son tour devenu conseiller au Parlement de Paris en 1612. Il avait épousé en 1615 Magdeleine Fabry, fille d’un trésorier de l’Extraordinaire des guerres. Nommé maître des requêtes en 1618, il était ensuite devenu intendant de Guyenne. En 1624, il avait succédé à son oncle Antoine comme président à mortier. Grand travailleur, ayant une remarquable entente des affaires, il avait attiré sur lui l’attention du cardinal de Richelieu qui lui confiait alors les sceaux.

Les lettres de Guy Patin ont évoqué toute la suite, parfois fort tumultueuse, de sa très longue carrière politique, liée à la perpétuité de la charge de chancelier de France qui allait lui être conférée le 19 décembre 1635. Séguier garda les sceaux jusqu’en 1650, puis les reprit temporairement du 14 avril au 7 septembre 1651, et définitivement en janvier 1656, pour les tenir jusqu’à sa mort (G.D.U. xixe s. et Popoff, no 150).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 20 mars 1633. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0016&cln=2

(Consulté le 16.10.2019)

Licence Creative Commons