À Charles Spon, le 29 mai 1648
Note [2]

« plusieurs, dont il s’est fait connaître de belle façon, le fuient en effet parce qu’ils ont vu le funeste et malheureux succès de son antimoine. » Le premier médecin du roi était alors François Vautier.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 mai 1648. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0156&cln=2

(Consulté le 20.10.2019)

Licence Creative Commons