À Charles Spon, le 27 juin 1654
Note [2]

V. note [25], lettre 348, pour « la Vie de Luther par [Iohannes] Cochlæus », intitulée Commentaria (Mayence, 1549).

L’autre livre que Guy Patin avait reçu est intitulé :

De Vita et moribus Theodori Bezæ, omnium hæreticorum nostri temporis facile principis, et aliorum hæreticorum brevis recitatio. Cui adjectus est libellus, de morte Patris Edmundi Campionis, et aliorum quorumdam Catholicorum, qui in Anglia pro fide Catholica interfecti fuerunt primo die Decembris, Anno Domini 1581. Authore Iacobo Laingæo doctore Sorbonico.

[La Vie de Théodore de Bèze, {a} sans conteste le prince de tous les hérétiques de notre temps, et un bref discours d’autres hérétiques. Avec un petit livre sur la mort du Père Edmond Campion {b} et de quelques autres catholiques, qui ont été mis à mort pour la foi catholique le 1er décembre 1581. Par Jacobus Laingæus, {c}, docteur de Sorbonne]. {d}


  1. V. note [28], lettre 176.

  2. V. notule {f}, note [43], lettre 348.

  3. Jacobus Laingæus (James Laing, 1502-1594) a dédié son livre à Marie Stuart, reine d’Écosse, et s’y dit Scotus, Doctor Theologus Sorbonicus, et Theologiæ professor publicus [Écossais, docteur en théologie de Sorbonne et professeur public de théologie].

  4. Paris, Michael de Roigny, 1585, in‑8o de 144 pages.

Ce livre étrange a en effet de quoi déplaire au lecteur. Il commence hors de propos par un argumentaire anticalviniste en 46 points, qui est ainsi introduit :

Hæc Disputatio habita est Anno Domini 1566. Mense Augusto inter duos Doctores Sorbonicos, et duos Ministros. Quum istos articulos hæreticorum, quos hi in suis scriptis veros esse affirmant, invenirem Gallice scriptos, putabam ere fore multorum Catolicorum, si illos in Latinum sermonem quam brevissime, verissime, atque clarissime transferrem, qui sic ordine sequuntur.

[Cette discussion a eu lieu au moins d’août 1656 entre deux docteurs de Sorbonne et deux ministres réformés. Puisque ces derniers affirment dans leurs écrits que ces articles des hérétiques sont authentiques et que je les ai trouvés écrits en français, je pensais qu’il serait utile {a} à beaucoup de catholiques de les traduire en latin, aussi brièvement, fidèlement et clairement que possible. Les voici esposés dans l’ordre].

La dédicace de la vie de de Bèze énonce clairement que Laingæus n’en est que le traducteur :

Magnis Honorificisque dominis syndicis et iis qui parvo, et magno concilio urbis Genevæ intersunt, salutem, sapientiam et præsentiam spiritus sancti Hieronimus Bolzeus Theologus et medicus, eorumque bonus et syncerus amicus fœlicitatem precatur.

« Aux magnifiques et honorés seigneurs syndics et assistants du petit et grand Conseil de la ville de Genève, désire salut, sapience et assistance du Saint-Esprit, Héronime Hermes Bolsec, {b} théologien en médecin, leur bon et sincère ami. »


  1. Traduction contextuelle de ere fore, dont je n’ai pas débrouillé la syntaxe.

  2. Théologien né à Paris et mort à Lyon en 1585, Bolsec a d’abord été carme puis se convertit à la Religion réformée, mais entra en querelle avec Calvin, puis avec de Bèze ; il revint au catholicisme pour exercer la médecine à Lyon. Son Histoire de la Vie, mœurs, doctrine et déportements de Théodore de Bèze… avait paru à Paris, Guillaume Chaudière, en 1582, in‑4o de 39 pages, ouvrage dont j’ai emprunté la dédicace française.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 27 juin 1654. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0357&cln=2

(Consulté le 27.11.2022)

Licence Creative Commons