À Charles Spon, le 4 décembre 1654
Note [2]

Traverser : « faire obstacle, opposition, apporter de l’empêchement. Le diable traverse toujours les desseins pieux. L’envie se plaît à traverser les desseins d’autrui » (Furetière).

Charles-Emmanuel ii, duc de Savoie (v. note [10], lettre 354) ne se maria ni avec la Grande Mademoiselle, Anne-Marie-Louise de Montpensier (v. note [18], lettre 77), fille du premier lit de Monsieur Gaston, ni avec Marie-Thérèse, fille de Philippe iv d’Espagne et future épouse de Louis xiv, mais avec Françoise-Madeleine, fille du son second lit de Gaston. Guy Patin, décidément bien informé, anticipait ici de nouveau (v. note [9], lettre 378) sur les mariages princiers et royaux que la « comédie de Lyon » allait dénouer en 1658.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 décembre 1654. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0382&cln=2

(Consulté le 27.01.2021)

Licence Creative Commons