À Charles Spon, le 26 mars 1655
Note [2]

« et une victoire cadméenne sera le résultat de si grandes luttes. »

Cadmea victoria est une locution latine venue du grec (καρδμειος νικη) ; Érasme l’a commentée (Adages, no 1734) :

« Le sens et l’origine de cet adage ne font pas unanimité. Selon certains, on dit qu’une victoire est cadméenne {a} quand elle est inutile parce que les Thébains Étéocle et Polynice, {b} comme ils se disputaient sur leur alternance à la tête du royaume, engagèrent un combat singulier où l’un et l’autre périrent. Hérodote mentionne cette sorte de victoire au livre premier de ses Histoires en parlant des habitants de Phocide : soit parce que les Cadméens vainquirent certes les Grecs menés par Adraste, {c} mais pour leur malheur, car ils durent leur verser quantité de fortes rançons ; soit parce qu’Œdipe, après avoir résolu l’énigme du Sphinx, {d} remporta certes une magnifique victoire sur le monstre, mais ensuite il eut à son insu l’imprudence d’épouser sa propre mère et quand il s’en rendit compte, il se creva les yeux ; et ainsi, sa victoire eut aussi une issue plutôt malheureuse. D’autres rapportent que quand Cadmos {e} voulut transmettre aux Grecs les lettres de l’alphabet qu’il avait reçues des Phéniciens, il tua Linos parce qu’il proposait lui aussi sa propre écriture ; alors les citoyens chassèrent Cadmos pour qu’il ne lui revînt pas en plus l’avantage d’avoir terrassé Linos. »


  1. Thébaine.

  2. Fils d’Œdipe, roi de Thèbes.

  3. Roi légendaire d’Argos.

  4. V. note [28], lettre 226.

  5. Fondateur légendaire de Thèbes.

V. note [10], lettre 328, pour le procès contre Jean Chartier, et son Plomb sacré des sages.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 mars 1655. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0395&cln=2

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons