À Charles Spon, le 22 mars 1658
Note [2]

Fort marrie d’être chassée de France, Christine se payait la tête d’Anne d’Autriche avec cette perfide allusion au siège de Paris en 1649.

Fidèle écho des sentiments de la reine mère, Mme de Motteville a conclu par ces mots le récit qu’elle a laissé de l’assassinat de Monaldeschi à Fontainebleau (Mémoires, page 462) :

« Quand il fut expiré, on prit son corps et on l’emporta enterrer sans bruit. Cette barbare princesse, après une action aussi cruelle que celle-là, demeura dans sa chambre, à rire et à causer, aussi tranquillement que si elle eût fait une chose indifférente ou fort louable. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 mars 1658. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0521&cln=2

(Consulté le 01.10.2020)

Licence Creative Commons