À Charles Spon, le 3 décembre 1658
Note [2]

« de la nation antimoniale, ni honnête homme, ni savant, mais manceau ».

La dispute se prolongea : Bertin Dieuxivoye publia une Appendicis de liquore cyrenaïco defensio, adversus libellum cui titulus est Philippi Douté… de succo Cyrenaïco Diatriba [Défense de l’appendice sur la liqueur cyrénaïque, contre l’opuscule dont le titre est Diatribe sur le suc cyrénaïque de Philippe Douté…] (Paris, J. Julien, 1659, in‑4o) ; Philippe Douté lui répondit dans une seconde édition de son livre, De succo Cyrenaïco Diatriba ad Bertinum Dieuxivoye, cui accessit ad eumdem eiusdem antirrheticus [Diatribe sur le sucre cyrénaïque contre Bertin Dieuxivoye, avec une réfutation adressée au même sur le même sujet] (Paris, François Muguet, 1659 in‑4o). Guy Patin ne donnait pas ici le nom de Bertin Dieuxivoye, signeur de l’antimoine en 1652 (v. note [3], lettre 333), mais ne l’avait pas omis dans la liste des antimoniaux de la Faculté qu’il donnait à Charles Spon en 1656 (v. note [46], lettre 442).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 décembre 1658. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0547&cln=2

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons