À André Falconet, le 26 août 1660, note 2.
Note [2]

« Il avait coutume de se moquer par des invectives acérées, de celles qui laissent un souvenir durable dans l’esprit des hommes tout-puissants » (Tacite, Annales, chapitre v, § 2), où Guy Patin a remplacé facetiis (plaisanteries) par convitiis (invectives) ; cet insolent courtisan qui se moquait de l’empereur Tibère était un consul dénommé Fufius.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 26 août 1660, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0632&cln=2

(Consulté le 17/04/2024)

Licence Creative Commons