À Charles Spon, le 18 avril 1664
Note [2]

Ouvrage posthume du médecin flamand Thomas Feyens (Fienus, 1567-1631) : Simiotice, sive de Signis medicis tractatus. Opus accuratissimum, omnibus medicinæ studia amplexantibus summe necessarium. In duas partes dividuum, cum indicibus nova methodo paratis [Sémiotique, ou traité des signes médicaux. Ouvrage très soigné, tout à fait nécessaire à tous ceux qui embrassent les études de médecine. Divisé en deux parties, avec des index arrangés suivant une nouvelle méthode] (Lyon, Jean-Antoine ii Huguetan et Marc-Antoine Ravaud, 1663 et 1664, in‑4o ; Medic@).

Dédié par les imprimeurs à Vopiscus Fortunatus Plempius, il s’agit du premier ouvrage imprimé traitant exclusivement de la matière qu’on appelle aujourd’hui la sémiologie (séméiologie ou sémiotique) : couvrant l’analyse et la compréhension des signes dans le diagnostic des maladies, elle est en effet devenue essentielle à l’étude de la médecine.

Le livre commence par cette exacte définition :

Signum est, quicquid manifestius existens potest nos ducere in cognitionem illius, quod est occultius : De ratione signi est, quod sit manifestum ; de ratione signati seu illius quod significatur est quod sit occultum : saltem signum debet esse manifestius signat ; et contra signatum debet esse occultius signo : etenim non est necesse, ut signum sit perfecte manifestum, sed satis est, quod sit saltem manifestius signato.

[Le signe est tout ce qui, en s’exprimant, peut nous mener à connaître ce qui est caché. Par essence, le signe est manifeste ; par essence, le signifié, ou ce que le signe exprime, est caché. Du moins, le signe doit-il être plus manifeste que le signifié et à l’inverse, le signifié doit-il être plus caché que le signe. De plus, il n’est pas nécessaire que le signe soit parfaitement manifeste ; il lui suffit d’être plus manifeste que le signifié].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 18 avril 1664. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0776&cln=2

(Consulté le 25.02.2020)

Licence Creative Commons