À Johann Caspar I Bauhin, le 10 février 1633
Note [2]

« non seulement par les traits de votre visage, mais aussi par votre naturel d’honnête et savant homme, à tel point qu’on peut dire de vous deux, docte descendance d’un docte père. » V. note [9], lettre 9, pour le vers de Scévole i de Sainte-Marthe à propos des deux Scaliger : Docti parentis docta proles.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Caspar I Bauhin, le 10 février 1633. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1020&cln=2

(Consulté le 26.07.2021)

Licence Creative Commons