À Johann Georg Volckamer, le 10 août 1657
Note [2]

V. note [16], lettre 1020, pour Philippe Riolan, abbé de Flavigny, fils aîné de Jean ii Riolan. V. la lettre du 16 novembre 1649 à Charles Spon et sa note [34], pour la source du procès que Riolan avait engagé dès la fin de 1651 contre son second fils Henri, avocat. Le père l’avait gagné au printemps 1653 et obtenu que le mariage d’Henri fût cassé. En 1655, Riolan avait même fait emprisonner Henri, puis l’avait déshérité au début de 1657.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 10 août 1657. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1118&cln=2

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons