À Johann Georg Volckamer, le 8 février 1662
Note [2]

J’ai établi une opposition (« Quoique… ») dans ma traduction de la phrase parce que cette survivance de Jean ii Riolan avait été décidée en 1654 (v. note [29], lettre 372), et que Guy Patin en avait bien sûr déjà dûment avisé Johann Georg Volckamer (lettre du 5 mars 1655, note [6]) et l’avait depuis régulièrement entretenu de ses leçons royales.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 8 février 1662. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1211&cln=2

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons