À Johannes Antonides Vander Linden, le 1er novembre 1663
Note [2]

« il est grand d’être loué par un homme digne de louange » ; emprunt à Cicéron (Tusculanes, livre iv, chapitre xxxi), citant l’Hector proficiscens [Le Départ d’Hector], tragédie de Nævius, dramaturge romain du iiie s. av. J.‑C. :

Lætus sum laudari me abs te, pater, a laudato viro

[Je suis heureux, mon père, d’être loué par un homme louable tel que toi].

V. note [5], lettre latine 263, pour l’Oratio funebris [Oraison funèbre] d’Adolf Vorst par Johannes Antonides Vander Linden (Leyde, 1664).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 1er novembre 1663. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1297&cln=2

(Consulté le 28.09.2020)

Licence Creative Commons