De Claude II Belin, le 3 janvier 1657
Note [2]

De son attaque cérébrale survenue en 1649 (v. note [1], lettre 212), Claude ii Belin avait conservé l’incapacité d’écrire, probablement à cause d’une paralysie de la moitié droite du corps (hémiplégie). Les cinq lettres que nous avons de lui ont été dictées, à l’exception de la signature qui est tracée d’une main malhabile. Leur style laborieux et leur syntaxe hésitante font penser à une difficulté d’élocution, séquelle d’une aphasie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Claude II Belin, le 3 janvier 1657. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9006&cln=2

(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons