De Claude II Belin, le 18 février 1657
Note [2]

« ce que Dieu veuille épargner à cette république, qui restera paisible et tranquille aussi longtemps qu’elle sera inaccessible à la troupe loyolitique. » « On dit d’un affront sanglant qu’on a reçu, que c’est une tache d’huile, qu’elle ne s’en va jamais » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Claude II Belin, le 18 février 1657. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9010&cln=2

(Consulté le 05.12.2021)

Licence Creative Commons