À Charles Spon, le 12 décembre 1642
Note [20]

« et il n’y a rien d’étonnant à cela, ce sont en effet des qualités naturelles à la race loyolitique : flatteries, mensonges, rapacité » (passage écrit dans la marge).

Pierre Labbé (Clermont-Ferrand 1594-1678), admis dans l’Ordre des jésuites en 1612, avait enseigné la grammaire, puis les humanités, la rhétorique et la philosophie, avant d’être, 18 années durant, professeur de théologie. Il était ensuite devenu tour à tour recteur de cinq collèges de son Ordre (allant et venant entre Arles, Grenoble et Lyon). Archéologue et poète, dévoué à Richelieu, le P. Labbé avait notamment composé : Eminentissimo cardinali duci Armando Richelio, Mysterium politicum [Mystère politique, dédié à l’éminentissime cardinal-duc de Richelieu] (Lyon, Claude Cayne, 1642, in‑4o) ; Victoriæ anni trigesimi noni et votum quadragesimi : i. Ludovico iusto Lugdunum ; ii. Hesdinium captum ; iii. Salsulæ expugnatæ ; iv. votum pro Europa ; v. protrepticon ad Gallos ; vi. ad cardinalem ducem sapientia [Victoires de l’an 39 et vœu pour l’an 40 : i. Lyon à Louis le Juste ; ii. Prise d’Hesdin ; iii. Salses prise d’assaut ; iv. Vœu pour l’Europe ; v. Exhortation aux Français ; vi. Sagesse pour le cardinal-duc] (Lyon, J. Jullieron, 1639, in‑4o). Guy Patin a cité ailleurs quelques-unes de ses autres productions.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 12 décembre 1642. Note 20

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0075&cln=20

(Consulté le 11.05.2021)

Licence Creative Commons