À Charles Spon, le 6 décembre 1650
Note [20]

« le plus mauvais. »

Élie Béda des Fougerais étant explicitement mis à part, François Guénault était un des deux antimoniaux de la Faculté de Paris que visait ici Guy Patin ; l’autre était sans doute Jacques-Philippe Cornuti (v. post-scriptum de la lettre à André Falconet, datée du 27 juin 1651) ; Vautier, docteur de l’Université de Montpellier, était le troisième. Patin a donné plus tard le titre de l’épigramme contre l’antimoine, Stibii noxæ vindiciæ [Dénonciation du tort provoqué par l’antimoine] (v. note [9], lettre 254), mais je ne suis pas parvenu à mettre la main dessus.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 décembre 1650. Note 20

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0252&cln=20

(Consulté le 30.11.2022)

Licence Creative Commons