À Hugues de Salins, le 3 mars 1656
Note [20]

« une fièvre qui va croissant, une gêne respiratoire plus pesante, une toux fréquente, une langue sèche et râpeuse, une soif inextinguible, une ardeur abattue, des urines peu abondantes qui forment un sédiment rouge, etc. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 3 mars 1656. Note 20

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0436&cln=20

(Consulté le 17.01.2020)

Licence Creative Commons