À Charles Spon, le 3 décembre 1658
Note [20]

« race d’hommes qui trouve autant de joie que la femme à se venger, et qui est même la plus avide et la plus convoiteuse de revanche ». Dans ce nouvel assaut contre les jésuites, Guy Patin s’inspirait de Juvénal (Satire xiii, vers 191‑192) :

vindicta
nemo magis gaudet quam femina
.

[personne plus que la femme ne trouve sa joie à se venger].

Nicolas Mazure ne devint jamais évêque.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 décembre 1658. Note 20

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0547&cln=20

(Consulté le 02.12.2020)

Licence Creative Commons